Profile

Photo du profil de Kevin

Mon alcool ou ma drogue à moi, c’est la lecture ! Il y a les petits lecteurs (un livre par mois) et il y a moi qui vais lire jusqu’à trois livres par semaine et je suis même capable d’en lire plusieurs en même temps. Cette sorte d’addiction semble me rendre accro depuis toujours… Enfin, d’aussi loin que je m’en souvienne, elle remonte à mes premières années de primaire. La Bibliothèque Municipale de mon village se trouvait en effet à l’autre bout de la cours de récréation de mon école et au moins une fois par semaine, nous étions invités à nous y rendre afin d’y choisir un livre à lire. Et rien que le lieu à lui seul suffisait à rendre accro et j’en garde un souvenir nostalgique : les murs, les sols et les bibliothèques étaient de bois foncé et se confondaient, pas une once de leurs recoins n’étaient pas recouverts de livres, l’atmosphère y était sombre et lourde de poussière mais non moins emprunte de cette agréable chaleur d’antan propice à l’évasion.

C’est ainsi que depuis je lis (de tout et surtout de n’importe quoi : comme le dos d’un paquet de céréales si je n’ai rien d’autre sous la main) et que je suis également atteint d’une collectionnite aiguë en ce qui concerne les livres biens ouvragés. Mais lire me fait du bien. Les fadas de lecture le savent : celle-ci peut être un refuge qui aide à supporter un monde difficile, anxiogène. Pour moi, la lecture est aussi un plaisir très intérieur, un espace-temps personnel et il y en est des univers fantastiques "vraisemblables" si richement décrits et étudiés qu’il n’est que trop facile de s’y perdre pendant de longues heures, laissant derrière soi la réalité…

C’est le cas avec le <i>Monde des Sorciers de J.K. Rowling™</i> qui m’a permis et me permet encore de m’évader dans son imaginaire à des périodes de ma vie où les aléas de mon monde ordinaire m’y poussent. J’en ai tellement lu les livres que les pages en sont cornées et les couvertures abimées. Sans parler des films dont j’ai fini par en connaître les répliques par cœur.

Mais trêve de gobelbabille, place aux apostilles !

Primary

Username:
Kevin
Email:
toussart.kevin@gmail.com
First Name:
Lumosien
Nickname:
Lumosien
Display Name:
Kevin
Website:
http://www.universharrypotter.com
Description:
Mon alcool ou ma drogue à moi, c’est la lecture ! Il y a les petits lecteurs (un livre par mois) et il y a moi qui vais lire jusqu’à trois livres par semaine et je suis même capable d’en lire plusieurs en même temps. Cette sorte d’addiction semble me rendre accro depuis toujours… Enfin, d’aussi loin que je m’en souvienne, elle remonte à mes premières années de primaire. La Bibliothèque Municipale de mon village se trouvait en effet à l’autre bout de la cours de récréation de mon école et au moins une fois par semaine, nous étions invités à nous y rendre afin d’y choisir un livre à lire. Et rien que le lieu à lui seul suffisait à rendre accro et j’en garde un souvenir nostalgique : les murs, les sols et les bibliothèques étaient de bois foncé et se confondaient, pas une once de leurs recoins n’étaient pas recouverts de livres, l’atmosphère y était sombre et lourde de poussière mais non moins emprunte de cette agréable chaleur d’antan propice à l’évasion. C’est ainsi que depuis je lis (de tout et surtout de n’importe quoi : comme le dos d’un paquet de céréales si je n’ai rien d’autre sous la main) et que je suis également atteint d’une collectionnite aiguë en ce qui concerne les livres biens ouvragés. Mais lire me fait du bien. Les fadas de lecture le savent : celle-ci peut être un refuge qui aide à supporter un monde difficile, anxiogène. Pour moi, la lecture est aussi un plaisir très intérieur, un espace-temps personnel et il y en est des univers fantastiques "vraisemblables" si richement décrits et étudiés qu’il n’est que trop facile de s’y perdre pendant de longues heures, laissant derrière soi la réalité… C’est le cas avec le Monde des Sorciers de J.K. Rowling™ qui m’a permis et me permet encore de m’évader dans son imaginaire à des périodes de ma vie où les aléas de mon monde ordinaire m’y poussent. J’en ai tellement lu les livres que les pages en sont cornées et les couvertures abimées. Sans parler des films dont j’ai fini par en connaître les répliques par cœur. Mais trêve de gobelbabille, place aux apostilles !