Le club des animaux aux dénominations en référence à Harry Potter

Dernière mise à jour : le 23 mars 2017

De plus en plus, la liste des animaux baptisés en l’honneur de Harry Potter s’étend. Nous vous proposons, ci-dessous, un récapitulatif (alphabétisé) de toutes ces dénominations « scientifiques » !

L’AMPULEX DEMENTOR


En Mai 2014, l’entomologiste berlinois Michael Ohl est chargé de décrire 139 nouvelles espèces d’insecte découvertes dans la région du Delta du Mékong (au sud du Viêt Nam, en Asie du Sud-Est), dont une nouvelle espèce de guêpe.

Appartenant à la famille des Ampulicides, l’insecte (un spécimen femelle, en l’occurrence) se caractérise par sa tête noire, ses longues pattes et son abdomen rayé de rouge et de noir surplombé par de larges ailes iridescentes. Il mesure entre 9.6 mm et 10.9 mm. Il a pour particularité une technique redoutable, celle de priver ses proies (les cafards) de toute volonté lorsqu’il leur injecte sa toxine : une fois piqués (par deux fois), ces derniers bien que capables de se déplacer ne peuvent pas fuir. La guêpe n’a plus qu’à les guider par ses antennes jusqu’à son nid sans rencontrer la moindre résistance.

Restait à lui trouver un nom approprié. Le Musée d’Histoire Naturelle de Berlin (Allemagne) a alors organisé un évènement spécial au cours duquel il a offert une occasion unique à 300 de ses visiteurs : participer à la sélection d’une dénomination pour une nouvelle espèce de guêpe d’origine thaïlandaise ! Ceci avait été mis en place par souci d’interactivité et afin d’intéresser le public à la biodiversité. Ainsi, quatre propositions de nom avaient été soumises au public (Ampulex est quant à lui le nom du genre regroupant les insectes portes-aiguillons) :

  • Ampulex plagiator : parce que la guêpe est Myrmécomorphe, mais aussi une allusion à une affaire de plagiat impliquant la Ministre de l’Éducation allemande,
  • Ampulex mon : il s’agit d’une référence au lieu d’origine où la guêpe a été découverte, puisque les Môns sont un des plus anciens groupes ethniques de Thaïlande,
  • Ampulex bicolor : du latin bicolor (« deux couleurs ») en référence aux deux couleurs distinctives de sa robe,
  • Ampulex dementor : du nom anglais des Détraqueurs (les gardiens de la Prison d’Azkaban).

Sur 300 bulletins de vote, 272 ont été retournés (90,7%) : 105 (38,6%) d’entre eux étaient allés en faveur de l’Ampulex dementor ; devant celui de l’Ampulex plagiator qui avait remporté 90 voix (33,1%). Les visiteurs avaient, semblent-ils, apprécié le parallèle entre le comportement de ladite guêpe et le pouvoir des Détraqueurs qui, lorsqu’ils embrassent leur victime, aspire leur âme (donc leur volonté, par extension).

A ce propos, l’entomologiste et expert en guêpes thaï de l’Université du Kentucky (États-Unis), Michael Sharkey, déclarera que « ce qu'[il] trouve intéressant concernant cette dénomination c’est que ce qui est considéré comme du fantastique chez les humains, les Détraqueurs de Harry Potter, n’est autre qu’une réalité au sein du monde des insectes. »

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE : « Ampulex dementor » : une guêpe nommée en référence aux Détraqueurs de Harry Potter !
SOURCES : Times Lives, PloS One et Wikipédia

L’ANAME ARAGOG

En Juillet 2012, alors qu’elle effectue des recherches au sein d’une mine de Jimblebar située dans la région de Pilbara (Australie-Occidentale) pour les besoins d’un projet d’étude sur les araignées en danger à la demande du Shenton College de Perth (Australie), l’étudiante de 17 ans prénommée Frances Harvey découvre 4 nouvelles espèces d’araignées !

Appartenant toutes quatre au groupe des araignées terricoles dîtes « fouisseuses » ou « trappes » (de l’anglais « trapdoor spider ») qui ont la particularité de concevoir des terriers profonds (en forme de Y, ce qui leur vaut également le surnom de Wishbone Spiders ou Araignées furculaires), qu’elles ferment par une trappe de soie. Dès dès qu’elles sentent des vibrations autour, elles se jettent alors sur leur proie – qui n’a pas le temps de réagir – et l’entrainent à l’intérieur !

A une d’entre elle, elle a donné le nom de Aname mellosa (du latin pour miel, en référence à ses couleurs ambrées et dorées) et à deux autres, ceux de Aname marae et Aname ellenae (en référence à sa mère Mara et sa soeur Ellena).

La dernière, un mâle de taille moyenne et de couleur brune avec quelques marques noires (voir photo), elle s’est empressée de la/le nommer, Aname aragog, en tant que fan de la saga Harry Potter :

  • Aname étant le genre qui caractérise les araignées fouisseuses endémiques d’Australie,
  • aragog en référence à l’Acromentule (araignée géante) de Hagrid, dans La Chambre des Secrets !

Le choix de cette dénomination peut être sujet à caution dans la mesure où rien ne semble justifié si ce n’est l’aspect « fan »… néanmoins, l’apposition au nom (aragog) au genre (Aname) est pour une fois en lien avec la source : dans les deux cas, il s’agit d’une araignée et l’on peut rapprocher les deux entités par leur lieu de ‘vie’ (l’araignée dans un terrier et l’Acromantule dans une tanière).

Cette découverte et sa description taxonomique lui permettront de devenir la plus jeune auteure publiée dans le journal scientifique prestigieux, Zootaxa !

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE : « Aname aragog », ou lorsqu’une araignée prend le nom de l’Acromentule de Harry Potter !
SOURCES : The West, eol.org, Zootaxia n°3383 et Wikipédia

LE DRACOREX HOGWARTSIA

En 2003, des chasseurs de fossiles amateurs découvrent un étrange crâne de dinosaure dans une partie de la Formation de Hell Creek, située dans le Dakota du Sud. L’année qui suit, ledit crâne est légué au Musée des Enfants d’Indianapolis, afin d’y être étudié.

Ce n’est qu’en 2006, qu’une équipe de scientifiques menée par le paléontologue Robert Sullivan découvre qu’il s’agit d’un dinosaure végétarien appartenant à la famille des Pachycephalosauridés ayant vécu il y a 66 millions d’années (à la fin du Crétacé Supérieur) aux États-Unis et qu’il mesurait environ 3 mètres de long pour 1,2 m de haut et 100 kg (un bon gros cochon, en somme)

Ne restait plus, désormais, qu’à lui trouver un nom ! Inspiré alors par deux jeunes visiteurs du Musée des Enfants d’Indiannapolis qui lui trouvaient une forte ressemblance avec un dragon au regard du sommet dudit crâne à la fois dur, bosselé et piqueté de pointes (voir photo), R. Sullivan a donc décidé de l’appeler Dracorex hogwartsia :

  • Dracorex signifie « le Roi-Dragon » et Hogwartsia vient de la fameuse école de sorcellerie Hogwarts (Poudlard en anglais).

A ce propos, l’auteure J. K. Rowling a déclaré qu’« [elle était] absolument ravie de penser que Poudlard ait fait une petite (griffe ?) marque sur le monde fascinant des dinosaures » et que c’était « de loin, l’honneur le plus inattendu [qu’elle ait] reçu depuis la publication de Harry Potter. » Surtout qu’elle imaginait « son » dinosaure « comme un Magyar à Pointes, mais un rien moins pyromane ».

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE (accompagné de plus de photos) : « Dracorex hogwartsia » : l’école de sorcellerie de Harry Potter a donné son nom à un dinosaure !
SOURCES : NBC News et Wikipédia

L’ERIOVIXIA GRYFFINDORI

En 2016, les entomologistes Javed Ahmed, Rajashree Khalap et Sumukha Javagal, originaires de Mumbai, découvrent une nouvelle espèce d’araignée au sein d’un hot-spot de biodiversité d’une forêt située sur les Ghats occidentaux (une chaîne de montagne qui borde la côte ouest de l’Inde) dans l’état de Karnataka en Inde.

Appartenant à la famille des Aranéides, cette petite araignée de 7 mm environ présente une forme très inhabituelle (abdomen en forme de goutte dont la pointe est repliée) et des couleurs (de feuille morte) qui lui conférent de bonnes capacités de camouflage dans la végétation et de mieux échapper aux prédateurs diurnes.

C’est aussi cette apparence caractéristique qui – rappelle un chapeau de sorcier – poussa ses découvreurs (et fans de la première heure de l’apprenti sorcier) à la nommer Eriovixia gryffindori :

  • Eriovixia du grec « Erion » (« laine ») avec le suffixe latin « vix » (litt. « duvet clairsemé de poils ») et Gryffindori parce que le Choixpeau (dont l’apparence est proche) appartenait à Godric Gryffindor (Gryffondor, en anglais).

D’après l’étude, parue dans la revue India Journal of Arachnology, l’étymologie de cette espèce, basée sur « l’imagination puissante de J. K. Rowling » et de sa « série de livres bien-aimés », est « une ode pour les auteurs, pour la magie perdue et retrouvée, dans un effort d’attirer l’attention sur le fascinant mais trop souvent négligé monde des invertébrés et sa vie secrète ».

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE : « Eriovixia gryffindori » : une seconde araignée a été nommée en référence à Harry Potter !
SOURCES : India Journal of Arachnology et Wikipédia

LE HARRYPLAX SEVERUS

Bien qu’ayant été découvert il y a plus de 20 ans par le collectionneur et biologiste Harry T. Conley – qui était connu pour son habileté (presque magique) à découvrir de nouvelles espèces (comme le Conleyus Defodio) – ce n’est qu’à sa mort, aux débuts des années 2000, que des scientifiques, les docteurs Peter Ng et Jose Mendoza, ont remis ses collections privées à l’Université de Floride et de Singapour afin de les étudier.

Ainsi, mesurant à peine un centimètre de large, ce crabe qui est endémique des profondeurs des récifs coralliens qui entourent les côtes de Guam (une île située à l’ouest de l’Océan Pacifique). Il se caractérise par sa couleur d’un jaune laiteux (coloration pâle typique des habitats obscurs et profonds) et par ses minuscules yeux antennules immobiles. Ce crabe alors été identifié par le nom de Harryplax severus :

  • en hommage à H. Conley, avec le suffixe grec féminin « -plax »
  • la nouvelle espèce des Severus, du nom du fameux personnage de la saga Harry Potter !

Pourquoi cette dénomination pour l’espèce ? Le Docteur Peter Ng (et fan dudit personnage) justifie son choix en expliquant qu’à l’instar du maître des potions qui est « un personnage central qui a dissimulé sa véritable allégeance jusqu’à la toute fin et qui a conservé un des secrets les plus importants dans l’histoire », cette nouvelle espèce qui était – jusqu’à présent – non-identifiée, nous la révèle « presque 20 ans après qu’un de ses spécimens ait été collecté [par Conley] » !

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE : : Nouvelle espèce de crabe : le Harryplax Severus !
SOURCES : National Geographic et phys.org

LE THESTRAL INCOGNITUS

En 2014, Eduardo Faundez et David Rider, des chercheurs de la North Dakota State University (État-Unis), identifient enfin une espèce de punaise découverte 22 années auparavant (en 1992) à El Manzano, au centre du Chili !

Ce nouveau spécimen appartient à la famille des Pentatomidés (les « punaises à bouclier ») et se caractérise par sa carapaces ayant des formes semblables à des os très marqués mais aussi elle serait demeurée invisible aux yeux de certains puisqu’en dépit d’être endémique d’“une région où de nombreux prélèvements ont déjà été effectués […] ces spécimens sembl[aient] très durs à trouver” comme l’explique Faundez.

Il en fallait pas plus à ce dernier qui, fan de la saga Harry Potter de surcroit, a décidé de nommer cette nouvelle espèce, Thestral incognitus :

  • Thestral qui est le nom anglais des sombrals, cette race de chevaux ailés et squelettiques, qui n’« apparaissent » qu’aux yeux de ceux ayant vu et accepté la mort,
  • incognitus, du latin « incognito » pour passer inaperçu

« Une des raison pour lesquelles choisir ce genre de nom, est que cela permet à ce que les gens s’intéressent et cherchent à en apprendre plus sur l’espèce. », explique Faundez. « Les gens en sont conscients et, par conséquent, ils nous aide à obtenir de nouvelles données. C’est important dans la mesure où le travail commence à peine avec cette nouvelle espèce. »

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE : : Un insecte nommé en hommage de Harry Potter : la punaise « sombral » !
SOURCE : phys.org

HORS CATÉGORIE : LE SCARABÉE « VIF D’OR »

En 2013, le cliché d’un petit scarabée doré rare réalisé par le photographe de Chime Tsetsan, fait la Une des médias qui le comparent au Vif d’Or, cette petite balle dorée et ailée que l’Attrapeur doit doit s’emparer au Quidditch !

En réalité, ce petit scarabée ailé (de la forme d’une petite balle de couleur dorée et difficile à capturer) est une Chrysomèle dorée ou Casside dorée (du nom binomal, Charidotella sexpunctata) qui appartient à la même famille que le Doryphore. Elle est capable de changer – par elle-même – complétement de couleur (du orange à ici le dorée, en passant par le noir), en réponse à des évènements spécifiques dans son environnement comme lors de la copulation ou en présence de prédateurs !

Ah ces Moldus… C’est pourquoi cette bestiole est hors catégorie !

barre-article-yellow

 

 

ARTICLE DE L’ÉPOQUE : : Un scarabée doré comparé au Vif d’Or de Harry Potter !
SOURCE : The Daily Mail